En ce magnifique Dimanche de Pâques il n’a pas plu des œufs sur les terrains de Castelnaudary pour ce qualificatif au championnat de France provençal 2017 et pourtant ils l’ont fait nos trois bougres ! Après un passage de poule bien accroché et une sortie de poule qui l’a été tout autant, nos trois tontons flingueurs ont su trouver dans la pause repas dominicale les cartouches nécessaires pour faire pétarader leurs ambitions.  Emmenés par un Jessy « James » des grands jours la loi a régné sur le bouchon durant deux jours poussant les adversaires à prendre la pression sur le tir. Ça n’a pas été facile, il a fallu jouer du barillet mais bon à ce jeu faut être patient, faut savoir s’accommoder du fauteuil en bord de piste pour savourer tranquillement les « enculettes » et autres coups du sort que réserve ce jeu… A la « bonne » voilà que s’est mis en scène un scénario digne des mystères de l’ouest ... Un départ sur les chapeaux …de roues de nos tontons face à la redoutable bande du desperado Laurent Wauters associé à Serge Desarnaud et Fréderic Amoros  du Pétanque Club Nouvellois qui mordent la poussière chaurienne face à un Jessy dégainant les têtards et autres appoints précis contrariant ainsi les maritimes. Un peu sonnés, les nouvellois semblaient vouloir laisser passer l’orage. Coté Pitchouns, Ricardo et Lolo ferraillaient à l’unisson et le score enfla tranquillement mais surement. 11 à 0 ! Un score à vous mettre un cassoulet sur le flan…le duel semblait réglé, les tontons flingueurs visaient juste, pointaient grave sur la piste ventée…dans un coin le croque-mort avait même déjà sorti son mètre…le trou était creusé, le pain maritime rogné jusqu’au trognon…un enterrement de première classe assurément sauf que voilà la …remontada ! le pin maritime reprit des couleurs d’un coup profitant des largesses de nos 3 compères probablement éblouis par le soleil chaurien à moins que ce ne soit une petite faiblesse devant, entretenue par un coup de moins bien des deux autres frères pétards ! S’ensuivi alors le festival nouvellois qui n’avait rien d’un…mirage ! Changement de crèmerie ! la grinta retrouvée, un Wauters faisant mouche plus souvent et une remontada lancée tambour battant…3 mènes plus tard, la caisse en bois ( flotté de surcroit !) promise à leurs adversaires coulait à pic dans le canal ! Nos 3 pitchouns sentaient le vent du boulet…putain ! la météo avait bien dit Cers mais pas Marin !  11 à 11 ! Enio moricorne sort de ces corps ! la petite musique du bon, de la brute et du truand planait… dans un coin de cadre, le co- président des Pitchouns avait lui, disparu au fond de son fauteuil devenu soudainement beaucoup trop grand…la messe était dite…c’était l’heure dé los compagneros d’Amoros.

   La mène s’engage. 19 mètres environ…autour du cadre la foule s’avance, alléchée par l’odeur du sang et la mise à mort des petits gars de la Malepère…la tension est à son comble. Jessy a le colt enrayé depuis 3 mènes ! Le croque mort s’avance d’un pas et grave sur le sol ocre « ici git les cowboys de la Malepère ». C’est une belle journée pour mourir là sur le sable et sous le soleil chaurien… ohhh murmure la foule ! Ricardo blanco de bretagno regagne le point !  « peuvent pas perdre sur la mène ! »  s’exclame un type (le même qui a refait surface de son fauteuil comme par hasard !)… il reste plus qu’une cartouche au gringo d’en face…Superbe reprise ! la boule des maritimes vient se coller sur le côté de la boule de Richard !!! Un devant et un petit coup de boule sur celle des côtiers et ça ferait deux et ...là ce serait synonyme de victoire  !!! Oui mais bon, faut pas rêver,  ça c’est dans les films et pour ce qui concerne notre western local on sent plus un air de  résurrection iodée que de Lucky luques Cathare  (dénoyautées de préférence afin d’avaler correctement la pilule inexorable). Ricardo blanco…jambes arquées prend sa marque…demi pied tanqué…l’œil brillant de la carpe du canal pas encore passée à trépas (Jessy lui l’est, mort ! marmonnant contre lui, c’est sa faute, saloperie de cartouches mouillées …). En face, les nouvellois se sont resserrés (fait pas chaud chaud…à moins que ce soit pour dire vous allez vous caguer les gars…). Notre Ricardo dégaine… trajectoire rectiligne…au loin la collégiale a mis ses lunettes de soleil pour mieux apercevoir le pitchoun…ça vient bien…ça vient bien…ça vient bien…pan ! pan ! pan ! les gringos de la côte s’écroulent sur le côté, fauchés qu’ils sont par une formidable mini « enculette » des familles qui vient sonner le glas de leurs espérances. Ricardo, pétard tout fumant peut savourer d’un petit rictus de bouche le mauvais tour joué à des maritimes probablement plus forts tant dans le canardage que dans celui du rodéo mental de ce sacré provencal !

La morale de l’histoire c’est qu’au royaume des « sur un pied » y’a parfois une justice. Le croque-mort a pris un coup de pied au cul et a piqué du nez dans les eaux calmes chères à l'ami Riquet. Nos amis de la Costa del Porto Novello ont su déchirer l’épitaphe pour eux aussi se qualifier pour le campéo de francia !!!

I’m a poor lonesome cowboy in a west audois…au loin un chien aboit, la caravane passe... 

Rendez vous est pris au mois de Juin, sur les terres arides de la pampa chaurienne. Il fera sec et chaud...du sang des larmes et des joutes provencales...Nous on aime !

Date de dernière mise à jour : 21/04/2017